Tradition Catholique (Sede Vacante)
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Tradition Catholique (Sede Vacante)

Bienvenue à vous tous et qui que vous soyez!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -53%
Table moderne en bois massif – Alkove
Voir le deal
369.99 €
Le Deal du moment : -22%
Promo sur APPLE Airpods 2 avec boitier de charge
Voir le deal
140 €

 

 SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE”

Aller en bas 
AuteurMessage
JP B
Baptisé
JP B

Nombre de messages : 5535
Age : 74
Localisation : En France
Date d'inscription : 04/11/2010

SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” Empty
MessageSujet: SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE”   SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” EmptyJeu 14 Nov - 2:05

Dignitatis Humanae parfaitement Orthodoxe ?



Citation :
Rien ne saurait être plus dangereux que ces hérétiques qui, conservant en tout le reste l’intégrité de la doctrine, par un seul mot, comme par une goutte de venin, corrompent la pureté et la simplicité de la foi que nous avons reçue de la tradition dominicale, puis apostolique. (S. S. Léon XIII, in Satis Cognitum)

SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” Libertc3a9-religieuse
 


Nous savons que la vidéo ne mettra pas fin aux éternels débats en vue de préserver la lecture contradictoire etc… (Archidiacre, 00’40)

Un rare moment de lucidité, au milieu d’un océan de sophismes, de ce conciliaire traitant un sujet dont tout a déjà été dit et démontré ces soixante dernières années.

Mais l’énergumène est obstiné, et prêt à tout, même à verser dans l’hérésie, comme nous le verrons, pour sauver sa fabrique en faillite…


SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” Prostituc3a9e-apocalypse


Un extrait de la réponse du "théologien" conciliaire aux dubia de Mgr Lefebvre sur la liberté religieuse de Vatican II qui démontre bien le but recherché par la secte:


Citation :
"Dans ce concile pastoral, l'Eglise entend dire ce qu'elle pense de cette réalité que les communions ecclésiales, les gouvernements, les institutions, les journalistes, les juristes de notre époque désignent par ce vocable."

Un ralliement à l'idéologie, condamnée par l'Eglise, des droits de l'homme.

SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” Libert12


Dans une vidéo on ne peut guère plus sophistique (erronée) dont nous ne donnerons pas le lien par égard aux âmes faibles qui pourraient en être troublées, vidéo de 25 minutes et 20 secondes dans laquelle il traite principalement (sinon exclusivement) de la “Déclaration” vaticandeuse « Dignitatis Humanæ personæ » sur le prétendu droit qu’auraient TOUS les hommes, fussent-ils dans l’erreur et l’hérésie, de pratiquer la religion de leur choix librement, « soustraits à toute contrainte de la part […] des groupes sociaux [tels que la Hiérarchie de la Sainte Église Catholique puisqu’il est précisé ensuite ce que nous soulignons en gras ; ou de tout pouvoir temporel] et de quelque pouvoir humain que ce soit, de telle sorte qu’en matière religieuse nul ne soit […] EMPÊCHÉ D’AGIR dans de justes limites SELON SA CONSCIENCE, en privé comme EN PUBLIC, seul ou associé à d’autres » (Dignitatis Humanæ personæ, § 2 – souligné par JP B), le soi-disant “Archidiacreprétend mensongèrement que le document en question, par les dispositions qui précèdent ou qui suivent cet § 2, serait dans la continuité du Magistère infaillible précédant le catastrophique conciliabule vaticandeux.

Par exemple, pour dire que ladite “Déclaration” « Dignitatis Humanæ personæ » ne contredirait pas la doctrine catholique, il cite, de 3:12 à 3:28, ce passage « […] puisque la liberté religieuse, que revendique l’homme dans l’accomplissement de son devoir de rendre un culte à Dieu, concerne l’exemption de contrainte dans la société civile, elle ne porte aucun préjudice à la doctrine catholique traditionnelle au sujet du devoir moral de l’homme et des sociétés à l’égard de la vraie religion et de l’unique Église du Christ. » (Dignitatis Humanæ personæ, § 1, avant-dernière phrase.)
Or ce n’est là qu’un sophisme malhonnête parce que si, effectivement, ladite liberté religieuse ne porte pas «  préjudice à la doctrine catholique traditionnelle au sujet du devoir moral de l’homme et des sociétés à l’égard de la vraie religion et de l’unique Église du Christ » DANS LA MESURE OÙ IL NE S’AGIT QUE « de la vraie religion et de l’unique Église du Christ », CE N’EST PAS LE CAS AVEC LES FAUSSES RELIGIONS, et ce NE DOIT PAS en être le cas !
Tant Paul VI dans l’avant-dernière phrase du premier chapitre de « Dignitatis Humanæ personæ » que le soi-disant “Archidiacre” dans ses commentaires, font abstraction complète de cette condition sine qua non pourtant évidente dans tous les documents du Magistère infaillible précédant le déplorable conciliabule vaticandeux qui traitaient de la question de la liberté religieuse, tel, en particulier l’Encyclique « Quanta cura » de Sa Sainteté Pie IX (INFAILLIBLE en icelle) comme nous allons le voir.


En fait, “Archidiacre” fait là totale abstraction du chapitre 5 de l’Encyclique « Quanta cura » où ce véritable Pape qu’était Pie IX a écrit:
[…] il s’en trouve beaucoup aujourd’hui pour appliquer à la société civile le principe impie et absurde du “naturalisme”, comme ils l’appellent, et pour oser enseigner que “le meilleur régime politique et le progrès de la vie civile EXIGENT ABSOLUMENT [1] que la société humaine soit constituée et gouvernée sans [… ] faire aucune différence entre la vraie et les fausses religions” [2]. Et contre la doctrine de la sainte Écriture, de l’Église et des saints Pères, ils affirment sans hésitation que : “la meilleure condition de la société est celle où on ne reconnaît pas au pouvoir le devoir de réprimer par des peines légales les violations de la religion catholique, si ce n’est dans la mesure où la tranquillité publique le demande”. À partir de cette idée tout à fait fausse du gouvernement des sociétés, ils ne craignent pas de soutenir cette opinion erronée, funeste au maximum pour l’Église catholique et le salut des âmes, que Notre Prédécesseur Grégoire XVI, d’heureuse mémoire, qualifiait de “délire” (Mirari Vos, 15 août 1832) : “La liberté de conscience est un droit propre à chaque homme. Ce DROIT DOIT être proclamé et GARANTI PAR LA LOI dans toute société bien organisée. Les citoyens ont DROIT à l’entière liberté de manifester hautement et publiquement leurs opinions quelles qu’elles soient, par le moyen de la parole, de l’imprimé ou toute autre méthode sans que l’autorité civile ni ecclésiastique puisse lui imposer une limite”. Or, en donnant pour certitudes des opinions hasardeuses, ils ne pensent ni ne se rendent compte qu’ils prêchent “la liberté de perdition” (Saint Augustin, Lettre 105) […]
(Souligné par JP B.)

  1. Pour ces gens qui « [appliquent] à la société civile le principe impie et absurde du “naturalisme” », c’est donc un DROIT, tout comme nous le voyons proclamé dans le chapitre 2 de « Dignitatis Humanæ personæ » !…

  2. C’est bien ce que nous voyons dans le chapitre 2 de « Dignitatis Humanæ personæ » !…

Archidiacre” n’est donc qu’un MENTEUR !…


À suivre
 :
Autres exemples (dans la même vidéo)…

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
JP B
Baptisé
JP B

Nombre de messages : 5535
Age : 74
Localisation : En France
Date d'inscription : 04/11/2010

SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” Empty
MessageSujet: Re: SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE”   SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” EmptyJeu 14 Nov - 2:24

Autres exemples :
  • De 4:05 à 4:25, “Archidiacre” compare le droit qu’ont tous les parents d’éduquer leurs enfants dans la religion de leur choix, à la liberté que « Dignitatis Humanæ personæ » (toujours en son § 2) déclare appartenir en droit à TOUS les hommes, fussent-ils dans l’erreur et l’hérésie, de pratiquer la religion de leur choix « en privé comme EN PUBLIC, seul ou associé à d’autres », ne faisant ainsi aucune différence entre les pratiques privées et les pratiques publiques !
    Et entre ce droit naturel des parents et la liberté hérétique de « Dignitatis Humanæ personæ », “Archidiacre” affirme qu’ils sont de même nature !
    Quel menteur !…

  • Il parle ensuite, pour affirmer que « Dignitatis Humanæ personæ » serait conforme à la doctrine catholique, de ce que personne ne doit être contraint d’adhérer à une doctrine qu’il rejette.
    Il y a là glissement sophistique, et donc fallacieux, entre le fait qu’effectivement personne ne doit être contraint d’adhérer à une doctrine qu’il rejette, et la doctrine enseignée par « Dignitatis Humanæ personæ », §2, qui voudrait que personne ne soit empêché de pratiquer un faux culte, quel qu’il soit dès lors que la paix publique est sauvegardée.
    En effet, la particularité de « Dignitatis Humanæ personæ » en son § 2 n’est pas d’énoncer l’interdiction d’imposer la Foi par la contrainte mais l’interdiction pour tout pouvoir humain quel qu’il soit d’empêcher tout homme de pratiquer le culte de son choix, fût-il faux !
    La possibilité d’imposer la Foi par la contrainte n’a jamais été admise dans l’Église ET CELA N’A JAMAIS POSÉ DE QUESTION, même pour les sédévacantistes !
    Ce qui est nouveau, avec « Dignitatis Humanæ personæ », c’est que les pouvoirs publics n’auraient plus le droit d’empêcher les faux cultes mais l’obligation de les permettre tous, et c’est cela qui est contraire au Magistère précédent…

  • De 4:45 à 6:18, il compare l’ENSEIGNEMENT de la doctrine (fort pernicieuse) dispensée par « Dignitatis Humanæ personæ » qui proclame une question de DROIT (celui de toute personne humaine qui aurait DROIT à la liberté religieuse entendue dans un sens diamétralement opposé à la doctrine catholique comme nous le voyons depuis le début de ce fil) aux conseils de prudence que, dans ses directives pastorales, l’Église à toujours prodigués pour éviter que le remède aux imperfections inévitables soit pire que les maux engendrés par lesdites imperfections.
    En particulier, à partir de 5:38, où il parle de Léon XIII, comme si celui-ci aurait dit qu’il fallait que TOUS les hommes, fussent-ils dans l’erreur et l’hérésie, pussent pratiquer la religion de leur choix librement, « soustraits à toute contrainte de la part […] des groupes sociaux [tels que la Hiérarchie de la Sainte Église Catholique ou de tout pouvoir temporel] et de quelque pouvoir humain que ce soit, de telle sorte qu’en matière religieuse nul ne soit […] EMPÊCHÉ D’AGIR dans de justes limites SELON SA CONSCIENCE, en privé comme EN PUBLIC, seul ou associé à d’autres » !…

    La “Déclaration” « Dignitatis Humanæ personæ », sur la liberté religieuse, aurait pu, en se limitant aux faits présentés par notre malheureuse époque anti-catholique, rester au niveau de la pastorale en conseillant aux pouvoirs civils de laisser libres, en matière religieuse, les individus et les groupes sociaux.
    Ce faisant, elle n’aurait relevé de l’infaillibilité d’aucun Magistère d’enseignement mais de la seule infaillibilité “pratique” propre à toute pastorale officielle de l’Église Catholique.

    Mais elle ne s’est pas cantonnée aux faits. On peut même dire qu’elle n’en a pas parlé…
    Elle s’est penchée sur les questions du DROIT, et donc de l’ENSEIGNEMENT d’une doctrine (fort pernicieuse) !
    Citation de “Dignitatis Humanæ personæ”, § 2 : « Le concile du Vatican déclare que la personne humaine a DROIT à la liberté religieuse. Cette liberté consiste en ce que tous les hommes DOIVENT être soustraits à toute contrainte de la part tant des individus que des groupes sociaux et de quelque pouvoir humain que ce soit, de telle sorte qu’en matière religieuse nul ne soit forcé d’agir contre sa conscience, ni empêché d’agir dans de justes limites selon sa conscience, en privé comme en public, seul ou associé à d’autres. Il déclare en outre que le DROIT à la liberté religieuse a son fondement dans la dignité de la personne humaine telle que l’ont fait connaître la Parole de Dieu et la raison elle-même. Ce DROIT de la personne humaine à la liberté religieuse dans l’ordre juridique de la société doit être reconnu de telle manière qu’il constitue un DROIT civil. » (Souligné par JP B.)

    Cette “Déclaration” ne dispense manifestement pas là un conseil, ou des conseils, aux pouvoirs civils, MAIS ELLE ÉNONCE UNE DOCTRINE QUE LES POUVOIRS CIVILS DOIVENT OBLIGATOIREMENT OBSERVER !
    Et c’est en cela qu’elle est HÉRÉTIQUE.

    Quand certains viennent donc dire que « c’est une pastorale qui a changé » entendu que ce ne serait pas une doctrine, c’est là un énorme MENSONGE !…

  • Nous passerons sur la citation qu’il fait de « St Very Happy Jean XXIII » !…


À suivre
 :
De 6:40 à …

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
JP B
Baptisé
JP B

Nombre de messages : 5535
Age : 74
Localisation : En France
Date d'inscription : 04/11/2010

SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” Empty
MessageSujet: Re: SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE”   SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” EmptyJeu 14 Nov - 17:49

  • De 6:40 à 7:32, il parle de Sa Sainteté le Pape Pie XII, dont il dit CALOMNIEUSEMENT que les sédévacantistes le considèrent comme hérétique (nous n’en connaissons aucun qui soit dans ce cas [1] !…) et dont il cite une (simple) « Lettre aux juristes italiens, Ci Riesce, 6 décembre 1953 ».
    Or, non seulement une simple lettre adressée à une partie restreinte des Catholiques, n’a pas la valeur d’une Encyclique (Quanta cura) adressée à l’Église universelle ; non seulement dans cette simple lettre adressée aux (seuls) juristes italiens, Pie XII « [se demande] si "ne pas empêcher", c'est-à-dire tolérer, est autorisé dans de telles circonstances, de sorte que la répression positive n'est pas toujours un devoir » [2], c’est-à-dire, loin d’affirmer une doctrine concernant un DROIT inaliénable et obligatoire comme le fait « Dignitatis Humanæ personæ » il se pose la question de l’opportunité, dans telles ou telles circonstances concrètes, de la tolérance ET NON PAS de la liberté inconditionnelle à l’égard de l’erreur et de l’hérésie ; mais surtout Pie XII dans Ci Riesce a écrit, dans le paragraphe suivant sa citation [3], cette phrase TOTALEMENT OCCULTÉE par le sophiste “Archidiacre ( !…) : « Premièrement: ce qui ne répond pas à la vérité et à la norme morale n'a objectivement droit à aucune existence, ni à aucune propagande, ni à aucune action. » [4]
    Il est vrai qu’elle est suivie par cette autre (qui termine le paragraphe) « Deuxièmement, ne pas l’empêcher par des lois étatiques et des dispositions coercitives peuvent néanmoins être justifiées dans l’intérêt d’un bien plus grand et plus large » [5] mais on voit bien qu’il ne s’agit là que d’une question d’opportunité prudentielle et non de l’enseignement d’une doctrine obligatoire…

    1. Hormis, peut-être, les feeneyistes (cf. https://foicatholique.1fr1.net/t4429-contre-la-secte-des-feeneyistes-leonard-feeney, en particulier cette vidéo https://www.youtube.com/watch?v=Pco7b5AP-hc&feature=emb_title dans laquelle Monsieur l’abbé Belmont, sédévacantiste “formaliter” *, dénonce leur hérésie) feeneyistes dont le fondateur, Léonard Feeney, fut excommunié par Pie XII « en 1953 pour déviation doctrinale grave » (https://fr.wikipedia.org/wiki/Leonard_Feeney). On comprend, dès lors, qu’il en voulait à Sa Sainteté Pie XII qu’il osa déclarer non-Pape…
      * C’est-à-dire non “simpliciter” (complet) qui, comme votre serviteur, reconnaît que le Siège apostolique est matériellement occupé par quelqu’un qui n’est pas formellement Pape.

      Il est là à remarquer que les gens qui défendent cet hérétique conciliabule vaticandeux ont à ce point peur des sédévacantistes actuels jusqu’à en venir à les amalgamer tous, sans faire aucune distinction, avec un individu véritablement excommunié par un vrai Pape ! Le soi-disant “Archidiacre” montre toute sa tendance trompeuse…

    2. « In altri termini, si chiede se il “non impedire”, ossia il tollerare, sia in quelle circostanze permesso, e perciò la positiva repressione non sia sempre un dovere. » (https://w2.vatican.va/content/pius-xii/it/speeches/1953/documents/hf_p-xii_spe_19531206_giuristi-cattolici.html)

    3. Deuxième § après le paragraphe de la citation faite dans la note [2] ci-dessus, la citation du soi-disant “Archidiacre” se terminant juste avant celui dont nous parlons (et qui est l’avant-dernier du titre V).

    4. « Primo: ciò che non risponde alla verità e alla norma morale, non ha oggettivamente alcun diritto nè all'esistenza, nè alla propaganda, nè all'azione. » (Ibidem.)

    5. « Secondo: il non impedirlo per mezzo di leggi statali e di disposizioni coercitive può nondimeno essere giustificato nell'interesse di un bene superiore e più vasto. » (Ib.)


  • Continuant à commenter la lettre Ci Riesce, le sophiste “Archidiacre” énonce que « “la protection du bien commun est cette norme : dans de tels cas particuliers, l’attitude de l’Église est déterminée par la volonté de protéger le ‘bonum commune’”. Étant donné que c’est exactement ce que “Dignitatis Humanæ” et le catéchisme affirment, alors définir un droit limité à ne pas être contraint religieusement ne contredit pas du tout la tradition mais au contraire offre une fondation concrète à la norme que celle-ci a enseignée. »

    Or, cette dernière phrase du soi-disant “Archidiacreest entièrement FAUSSE car là où Pie XII dit « Dans de tels cas individuels » (dernier § du chapitre VI : « In tali singoli casi » c’est-à-dire singuliers
    , cf. https://w2.vatican.va/content/pius-xii/it/speeches/1953/documents/hf_p-xii_spe_19531206_giuristi-cattolici.html) « Dignitatis Humanæ personæ » prétend édicter une loi GÉNÉRALE : « Le concile du Vatican déclare que la personne humaine a DROIT à la liberté religieuse. Cette liberté consiste en ce que TOUS les hommes DOIVENT être soustraits à TOUTE contrainte de la part tant des individus que des groupes sociaux et DE QUELQUE POUVOIR HUMAIN QUE CE SOIT, de telle sorte qu’en matière religieuse NUL ne soit forcé d’agir contre sa conscience, ni empêché d’agir dans de justes limites selon sa conscience, en privé comme en public, seul ou associé à d’autres. Il déclare en outre que le DROIT à la liberté religieuse a son fondement dans la dignité de la personne humaine telle que l’ont fait connaître la Parole de Dieu et la raison elle-même. Ce DROIT de la personne humaine à la liberté religieuse dans l’ordre juridique de la société doit être reconnu de telle manière qu’il constitue un DROIT civil. » (§ 2. Souligné par JP B) Exclamation

    Et c’est précisément en raison de la généralité des expressions de cette “Déclaration” vaticandeuse qui, ainsi, ne respecte pas les distinctions nécessaires propres aux cas particuliers, qu’elle tombe, par son excès de libéralisme, dans l’hérésie…

    Il s’ensuit donc que le soi-disant “Archidiacren’est qu’un sophiste et un imposteur qui ne cherche qu’à tromper le monde quand il ajoute « [l’homme…] a un droit à ne pas être contraint […] » car ce n’est que de manière ponctuelle, EN FONCTION DE CIRCONSTANCES PARTICULIÈRES QUI IMPOSENT LA TOLÉRANCE EN RAISON DE LA VERTU DE PRUDENCE, et non de manière générale comme le veut « Dignitatis Humanæ personæ », que « [l’homme peut avoir] un droit à ne pas être contraint [en matière religieuse] » !
    Il y a bien contradiction, quoiqu’en dise mensongèrement “Archidiacre”, et même OPPOSITION DE CONTRADICTION, entre le paragraphe 2 de « Dignitatis Humanæ personæ » et la doctrine traditionnelle, principalement l’Encyclique « Quanta cura » dans laquelle Sa Sainteté le Pape Pie IX est infaillible…


À suivre
:
De 9:29 à …

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)


Dernière édition par JP B le Ven 15 Nov - 1:52, édité 1 fois (Raison : Correction des balises)
Revenir en haut Aller en bas
JP B
Baptisé
JP B

Nombre de messages : 5535
Age : 74
Localisation : En France
Date d'inscription : 04/11/2010

SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” Empty
MessageSujet: Re: SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE”   SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” EmptyVen 15 Nov - 17:01


  • De 9:29 à 9:32, “Archidiacre” affirme, péremptoirement et néanmoins gratuitement et faussement après tout ce que nous avons déjà vu, que « [(…) si on prend bien en compte tout ce qui vient d’être dit (précédemment)] on constate que les contradictions sont toutes AISÉMENT [ !…] résolues » ! SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” 80494
    Se tromper aussi aveuglément, voire mentir avec plus d’aplomb, est difficilement concevable…

  • Puis, incontinent, il ajoute « Le [sic ! il s’agit desdites “contradictions” qu’il prétend « aisément résolues » […] plus autoritaire d’entre eux [resic] est l’Encyclique Quanta cura du Pape Pie IX. Celui-ci condamnait de façon vraisemblablement [sic 1] infaillible des propositions modernistes sur le gouvernement des sociétés. » 2
    1. Il ne s’agit surtout pas de dire que dans ladite Encyclique Pie IX était RÉELLEMENT infaillible ! Mais comme on ne peut nier le fait qui est proclamé par tout le monde véritablement catholique, on ne le niera pas ouvertement, et le fourbe “Archidiacre” laissera entendre que, peut-être, ce Pape y était « vraisemblablement infaillible »…
    2. Nous avons vu cela dans les posts précédents ci-dessus.

  • Après avoir succinctement décrit l’Encyclique « Quanta cura », “Archidiacre” allègue à 10:08, toujours aussi péremptoirement et néanmoins gratuitement et faussement après tout ce que nous avons déjà vu dans les posts précédents ci-dessus, cette énormité MENSONGÈRE : « si vous avez bien pris le temps d’écouter attentivement la vidéo jusqu’ici, alors vous devriez savoir d’emblée qu’aucune de ces hérésies [condamnées infailliblement dans « Quanta cura » par le Pape Pie IX] n’est prêchée par “Dignitatis Humanæ » ! Shocked

  • À partir de 10:16, ce fieffé menteur, tel un serpent s’insinuant doucereusement, avance les passages de la “Déclaration” vaticandeuse sur la liberté religieuse autres que le paragraphe 2 qui ne sont pas directement contraires à la doctrine catholique, pour tenter de démontrer « son accord avec la doctrine traditionnelle au sujet du devoir de l’homme et des sociétés à l’égard de la vraie Religion et de l’Unique Église du Christ » Suspect
    Nous ne nous attarderons pas sur ses arguties qui s’étalent jusque 12:07 et ne concernent pas le paragraphe 2 de la “Déclaration” vaticandeuse (paragraphe 2 réellement hérétique, répétons-le) et font totalement abstraction dudit paragraphe 2 : elles sont hors sujet car, ne nous leurrons pas, dans « Dignitatis Humanæ personæ », il y a aussi des choses vraies et donc le problème n’est pas là mais il réside dans le fait qu’il ne devrait y avoir AUCUNE erreur si elle avait été promulguée par un vrai Pape qui, en présence de tous les Évêques (TOUS étaient pour le moins régulièrement convoqués et donc censés être présents) mettant ainsi en œuvre le Magistère universel (au moins ordinaire si ce n’est solennel vu les circonstances conciliaires de la promulgation) aurait dû, dans ces conditions, être nécessairement infaillible conformément à la Constitution Apostolique « Dei Filius », chapitre 3 “De fide”, § 4 ! (Cf. https://bibliothequedecombat.files.wordpress.com/2013/05/1870-pie-ix-dei-filius.pdf, p. 3, infra : « […] on doit croire d'une foi divine et catholique tout ce qui est contenu dans les saintes Écritures et dans la tradition, et tout ce qui est proposé par l'Église comme vérité divinement révélée, soit par un jugement solennel, soit par son magistère ordinaire et universel. »…)

    Notons toutefois que quand ce sournois soi-disant “Archidiacre” parle du catéchisme (sans d’ailleurs citer lequel ni en donner une quelconque référence précise…) il s’agit du nouveau “catéchisme” promulgué par le prétendu “saint” Jean-Paul II !

  • De 12:08 à 15:44, cet insidieux sophiste argue des subtilités sur le « “Syllabus” des erreurs modernes » de Pie IX, subtilités qui ne changent rien et dont nous nous moquons sereinement !…

  • À 15:45, il vient dire que l’Encyclique « Adeo nota », de Sa Sainteté le Pape Pie VI, « rejetant la déclaration des droits de l’homme et du citoyen [était] FAILLIBLE » ! (Plus précisément à 15:54.)
    Comme si cette Encyclique avait été contredite par un des successeurs véritables de Pie VI !
    Aucun ne l’ayant fait, mais tous l’ayant en conséquence approuvée au moins implicitement, elle fait partie de l’enseignement du Magistère ordinaire et universel TOUJOURS INFAILLIBLE (Cf. la Constitution Apostolique « Dei Filius », chapitre 3 “De fide”, § 4, déjà citée.)
    Ce détail révèle chez “Archidiacre” une position démocratique ; ce qui explique sa frénésie obsessionnelle à défendre coûte que coûte les principes du conciliabule vaticandeux en général et de « Dignitatis Humanæ personæ » en particulier !
    Car les démocrates qui se disent catholiques cherchent naturellement à prouver que les droits de l’homme ne sont pas la négation pure et simple des Droits de Dieu comme nous le verrons plus bas si Dieu veut avec le scandaleux discours à l’ONU de celui qui a promulgué « Dignitatis Humanæ personæ » (les autres démocrates s’en moquent totalement sauf pour attirer les Catholiques vers leurs desseins pervers) après avoir terminé l’analyse de la vidéo de ce tordu qu’est le soi-disant “Archidiacre”.
    Ce faisant, ces malheureux démocrates soi-disant catholiques tombent nécessairement dans l’hérésie…

    Après cela, il discute encore, jusque 16:30, des comparaisons entre l’Encyclique « Adeo nota » et la “Déclaration” vaticandeuse sur la liberté religieuse, toutes choses qui ne sont que des arguties, ne sont pas assimilables à celle qui oppose la “Déclaration” hérétique à l’Encyclique « Quanta cura », et que, nous en moquons éperdument, nous n’analyserons pas plus avant.

  • Il en va de même des comparaisons qu’il fait, de 16:31 à 17:28, avec ce qu’il appelle « une Bulle de Léon XIII», et qui est l’Encyclique « Immortale Dei », laquelle ne change rien à ce que vous avons déjà vu de ce qui appartient à la tolérance guidée par la vertu de prudence d’une part et de ce qui appartient aux principes intangibles d’autre part.

  • À 17:58, après avoir rapidement cité divers documents de plusieurs Papes, l’obstiné “Archidiacre” soutient encore que « Sans avoir besoin de souligner leur faillibilité [comme si ces documents n’appartenaient pas au Magistère ordinaire et universel (*) TOUJOURS INFAILLIBLE !…] la distinction avec la liberté religieuse telle que comprise par “Dignitatis Humanæ” qui ne soutient pas un droit sans limite, un droit à professer l’erreur ni même en État séculariste [sic ! comment voulez-vous que les gens simples, qui écoutent ce jargon néologiste incompréhensible pour eux, ne soient pas bernés par ce sophiste qui les égare ?…] a été suffisamment démontré pour qu’on n’ait pas besoin de se répéter » ! Shocked
    (*) Magistère ordinaire et universel dont “Archidiacre nie manifestement, ou au moins implicitement, l’infaillibilité ! Ce qui révèle chez lui un caractère HÉRÉTIQUE, au moins matériel

    Ce qui, en fait, « a été suffisamment démontré » depuis le début de ce fil, c’est, contrairement aux affirmations prétentieuses et gratuites de ce menteur, que « Dignitatis Humanæ » est, en son § 2, en opposition DE CONTRADICTION avec l’Encyclique « Quanta cura », et la perspective de l’ensemble de la “Déclaration” qui n’a comme finalité que l’“Homme” comme le prouve le scandaleux discours à l’O.N.U. (dont nous reparlerons plus loin si Dieu veut, après avoir terminé l’analyse de la vidéo de ce tordu qu’est le soi-disant “Archidiacre”) discours scandaleux à l’O.N.U. de celui qui a promulgué ladite “Déclaration” hérétique, cette perspective est à l’opposé de celle de TOUT le Magistère précédent…

    Un détail amusant doit être remarqué ici : en parlant de tous ces divers documents émanant de plusieurs Papes, de Léon XIII à Pie XII inclus, le borné “Archidiacre”, ne voyant pas que ce qu’il défend se heurte à l’infaillibilité du Magistère ordinaire et universel, donne involontairement le bâton pour qu’on le frappe… Laughing !



À suivre
 :
De 18:12 à …

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)


Dernière édition par JP B le Mar 24 Déc - 15:32, édité 1 fois (Raison : Correction de balises et d'espaces avec ouverture de crochets)
Revenir en haut Aller en bas
JP B
Baptisé
JP B

Nombre de messages : 5535
Age : 74
Localisation : En France
Date d'inscription : 04/11/2010

SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” Empty
MessageSujet: Re: SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE”   SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” EmptyVen 15 Nov - 22:23

  • À partir de 18:12, l’hypocrite soi-disant “Archidiacre”, ergotant sur ce qu’il nomme « les fausses implications sociales », avance que, quand « Dignitatis Humanæ personæ » énonce que « Le pouvoir civil, dont la fin propre est de pourvoir au bien commun temporel, […] il dépasse ses limites s’il s’arroge le droit de diriger ou d’empêcher les actes religieux », cela ne serait que « dans la mesure où les empêcher il nuirait au bien commun », comme s’il ne s’agissait pas, dans l’optique libérale de cette « liberté religieuse », de viser là les pouvoirs civils qui, comme la logique de la Religion catholique l’impose, veulent empêcher les actes religieux des autres religions !…

    Il est vrai que dans « Dignitatis Humanæ personæ » il est rappelé de bonnes choses conformes à la Vérité, comme la juste liberté dont l’Église Catholique (seule) doit jouir.
    Mais s’étonnera-t-on du fait quand ce document émanait de celui qui était censé être le Pape et de l’ensemble des Évêques unis à lui dans un prétendu concile censé être œcuménique ?

  • « L’État moderne n’étant plus un agent de l’Église, [chicane “Archidiacre” à 19:16] il n’a pas sa propre légitimité à contraindre sur les questions religieuses. »
    Mais
    1. comme le montre, à la suite du désastreux conciliabule vaticandeux et de la volonté expresse de ses promoteurs, l’abandon des Constitutions d’inspiration catholique par des pays, où le catholicisme a cessé d’être religion d’État, tels que l’Espagne, le Québec, l’Irlande, le Valais suisse, et la séparation de l’Église et de l’État qui fut décrétée en Colombie (1973, dans un “Concordat” qui prévoit cette séparation !…), au Portugal (1975), en Espagne (1976), au Pérou (1980) et en Italie (1984), ce sont bien les fruits dudit conciliabule par lesquels « l’État moderne [n’est] plus un agent de l’Église » et c’est donc un FALLACIEUX SOPHISME que de se baser sur  lesdits fruits pour tenter de justifier, comme “Archidiacre” le fait, les principes erronés de ce conciliabule ( !…) ;
    2. la « légitimité à contraindre sur les questions religieuses » n’a JAMAIS été PROPRE à aucun État, fût-il moderne OU NON : cette légitimité n’est PROPRE qu’à l’Église, mais, par subordination à l’Église comme cela doit être, l’État peut (et doit) assurer, si besoin et si c’est possible, la contrainte « sur les question religieuses » et c’est alors qu’il y possède une légitimité DÉLÉGUÉE ;
    3. comme le démontre « l’ecclésiologie imposée par Léon XIII » (ainsi que le dit cet hypocrite soi-disant “Archidiacre” qui, voulant mieux tromper, ne s’aperçoit pas qu’il se contredit lui-même) ecclésiologie qui confirme notre second point ci-dessus, « Le droit de légiférer les contraintes religieuses n’appartient qu’à l’Église » mais loin de contredire ce que nous disons, le Pape Léon XIII n’infirme pas que ce « droit de légiférer les contraintes religieuses » puisse revenir aussi, par délégation de l’Église, au pouvoir temporel d’esprit catholique.
      Sinon, toute l’histoire des pouvoirs civils qui ont combattu pour défendre l’Église et assurer sa glorieuse expansion, serait condamnable et bonne à être reniée !…

  • À 21:34, “Archidiacre” AVOUE que « En vérité, toutes les mentions de la liberté religieuse ou de conscience par les [prétendus] “papes post-conciliaires sont à comprendre en conformité avec les définitions de “Dignitatis Humanæ », reconnaissant ainsi, EXPLICITEMENT quoiqu’involontairement que « Dignitatis Humanæ personæ » DÉFINIT (puisqu’il y a “définitions”) une doctrine, et implicitement que toute la mélasse actuelle (qui n’existait pas sous les pontificats précédents) a pour cause lesdites “définitions” !
    Ça ne manque pas de sel…

  • À 21:53, il parle de… « St Paul VI » et, à 22:00, de « St Jean-Paul II » SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” 80494 Exclamation ; à 22:12, de Benoît XVI et, à 22:54, du « “pape” François » (cf. https://foicatholique.1fr1.net/t4879-le-synode-amazonien…) ; pour exprimer que ces membres de l’Antéchrist disent ou font des choses bonnes comme si cela était extraordinaire de la part de gens censés être des Souverains Pontifes !

  • De 23:02 à , il défend Bergoglio qui a affirmé ceci : « Un État DOIT être laïc, les États confessionnels finissent mal ! » et, à cette occasion, il parle à 23:36 de « l’Église de Vatican II » reconnaissant implicitement mais non moins réellement qu’il existait une Église antérieure DIFFÉRENTE…


En conclusion
,
le fieffé menteur, le sophiste sournois plein de duplicité, l’imposteur qui affirme gratuitement, le très fourbe, le tordu obstiné, borné et hypocrite qu’est le soi-disant “Archidiacre” au moins matériellement hérétique pour nier manifestement, ou au moins implicitement, l’infaillibilité du Magistère ordinaire et universel, qui, en raison de ses faux raisonnements, se prend parfois les pieds dans le tapis, malgré qu’il se prétende conservateur et non progressiste, n’est qu’un moderniste retors, adepte des hérésies vaticandeuses !


Fin de l’analyse de cette perfide vidéo
.

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)


Dernière édition par JP B le Sam 16 Nov - 18:12, édité 1 fois (Raison : Correction de 2 fautes d'orthographe (mise du mot "question" au pluriel) et suppression de certains espces entre les lignes)
Revenir en haut Aller en bas
JP B
Baptisé
JP B

Nombre de messages : 5535
Age : 74
Localisation : En France
Date d'inscription : 04/11/2010

SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” Empty
MessageSujet: Re: SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE”   SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” EmptySam 16 Nov - 15:13

SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” Pie10


Preuve et confirmation dans les faits

de ce que la perspective de l’ensemble de la “Déclaration” vaticandeuse
« Dignitatis Humanæ personæ » sur la liberté religieuse
n’a comme finalité que l’“Homme”


et de ce que, dans l’esprit des promoteurs de ladite “Déclaration” vaticandeuse,
les « droits de l’“Homme” et du citoyen » ne sont que
la NÉGATION des Droits de Dieu




La “Déclaration” vaticandeuse, « Dignitatis Humanæ personæ » sur la liberté religieuse, n’a comme finalité que l’“Homme”
 :


La meilleure preuve de ce que la perspective de l’ensemble de la “Déclaration” vaticandeuse « Dignitatis Humanæ personæ » sur la liberté religieuse, n’a comme finalité que l’“Homme” charnel, comme dirait St Paul, et non pas, contrairement à ce que prétend FALLACIEUSEMENT le soi-disant “Archidiacre”, le « bien commun » qui est la recherche du Salut éternel, réside dans les faits provoqués par l’application des principes énoncés dans ladite “Déclaration” vaticandeuse, application mise en œuvre par le responsable qui l’a promulguée et par ses successeurs qui ne font qu’empirer cette application que tous ceux qui ergotent pour tenter de démontrer ses propriétés catholiques présentent comme une nouvelle “pastorale” légitime.

Or, la “pastorale” mise en œuvre à la suite de l’infernal (au sens étymologique) conciliabule vaticandeux est, pour une telle application censée être de l’Église Catholique (en réalité de la contre-Église instituée par les ennemis de l’Église Catholique et leur prince à leur tête), on ne peut plus calamiteuse, catastrophique, contre-productive qui dure des années durant et qui occupe les 99% du temps des prétendus pontificats (en puissance) et de leur curie, pastorale qui a largement opéré un travail de sape et des dégâts irréversibles, profonds, visibles, défigurant l’Église et tournés CONTRE elle !
Cela est normal car la finalité de l’Église Catholique N’EST PAS LA RÉSOLUTION DES PROBLÈMES TERRESTRES dont une certain Bergoglio ne cesse de parler MAIS LE SALUT ÉTERNEL DES HOMMES pour la plus grande gloire de Dieu


Notons que la situation déplorable de cette “pastorale” vaticandeuse a fait poser, par un critique d’une autre vidéo, les questions suivantes à un aficionado inconditionnel du soi-disant “Archidiacre”, « Habemus Papam ! » alias « Catholique lorrain », qui n’a toujours pas répondu après plusieurs jours pourtant !…
Citation :

  • Est-ce un véritable Pape, vicaire de Notre-Seigneur, avec qui celui-ci est « OMNIBUS DIEBUS » [1] (St Matthieu, XXVIII, 20 in fine) pour l’assister et le guider dans ses définitions officielles et ses décrets disciplinaires, qui a promulgué cette hérésie condamnée infailliblement par Sa Sainteté le Pape Pie IX dans son Encyclique « Quanta cura », hérésie qui proclame officiellement que « tous les hommes DOIVENT être soustraits à toute contrainte de la part tant des individus que des groupes sociaux et de quelque pouvoir humain que ce soit, de telle sorte qu’en matière religieuse nul ne soit forcé d’agir contre sa conscience, ni EMPÊCHÉ D’AGIR dans de justes limites selon sa conscience, en privé comme EN PUBLIC, seul ou associé à d’autres » (“Dignitatis Humanæ personæ”, § 2) ?
    (Ce qui donne aujourd’hui logiquement la construction, dans notre pays anciennement catholique, de mosquées salafistes et le remplacement de destination de nos églises au profit du culte musulman, la possibilité aux islamistes de prier dans les rues tandis que les processions du Très Saint Sacrement y sont interdites, l’invasion de ces gens au nom d’une prétendue “charité” qui se fait au détriment de notre propre peuple, etc., etc.…)

    1. « TOUS les jours » (Note de JP B.)


  • Sont-ce de véritables Papes, vicaires de Notre-Seigneur, avec qui celui-ci est « OMNIBUS DIEBUS » pour les assister et les guider dans leurs définitions officielles et leurs décrets disciplinaires, qui appliquent les directives de “Dignitatis Humanæ personæ”, § 2, dans une “pastorale” calamiteuse, catastrophique, contre-productive qui dure des années durant et qui occupe les 99% du temps des prétendus pontificats (en puissance) et de leur curie, pastorale qui a largement opéré un travail de sape et des dégâts irréversibles, profonds, visibles, défigurant l’Église et tournés CONTRE elle ?

  • Est-ce Jésus-Christ Notre-Seigneur, ou plutôt son ennemi, qui assiste vos “Papes” dont je viens de dresser le tableau de leurs exploits ?


Le caractère déplorable de ladite “pastorale” ressort particulièrement bien, hélas ! de nos jours, avec le Synode sur l’Amazonie dont voici un exposé assez exhaustif, juste et plutôt neutre : https://www.medias-presse.info/synode-sur-lamazonie-avec-la-deesse-paienne-pacha-mama/…

En voici également quelques images :

SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” 9
(Source : https://fidecatholica.wordpress.com/2019/10/06/novus-ordo-idolatrie-francois-participe-au-rite-dadoration-de-la-deesse-paienne-pachamama-a-rome/.)

SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” 272_ratzblessed
(Ibidem.)

SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” Francis-idolatry-2019
(Ibid.)

SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” Amazonie-deesse-2
« La statue de la déesse païenne Pacha Mama est entrée en procession dans la basilique Saint-Pierre le 7 octobre 2019, jour de la fête de Notre-Dame du Rosaire. »
(Source : https://www.medias-presse.info/synode-sur-lamazonie-avec-la-deesse-paienne-pacha-mama/.)

SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” Synode-pachamama
« Et toute la cérémonie a été suivie et bénie par le [prétendu] pape régnant entouré de dizaines de cardinaux et près de 200 évêques ! »
(Ib.)

La cause de tout cela est que le but de cette “pastorale” n’est pas de se tourner vers Dieu mais, exclusivement pourrait-on dire, comme dans la nouvelle liturgie, de se tourner vers l’“Homme” ainsi que cela est manifeste !…



Dans l’esprit des promoteurs de ladite “Déclaration” vaticandeuse, les « droits de l’“Homme” et du citoyen » ne sont que la NÉGATION des Droits de Dieu
 :


Le 4 octobre 1965, au siège de l’ONU à New York, Paul VI déclare
Citation :
[devant] cette Assemblée des Nations-Unies toute de fondation et d’inspiration maçonniques, [dans le sens où elle l’entend] : « Ce que Vous proclamez ici, ce sont les droits et les devoirs fondamentaux de l’homme, sa dignité, sa liberté, et avant tout sa liberté religieuse. Nous sentons que vous êtes les interprètes de ce qu’il y a de plus haut dans la sagesse humaine. Nous dirions presque : son caractère sacré. Car c’est, avant tout, de la vie de l’homme qu’il s’agit et la vie de l’homme est sacrée : personne ne peut oser y attenter »
(Abbé Georges DE NANTES, NON SEDEVACANTISTE ( !…), in « LIBER ACCUSATIONIS IN PAULUM SEXTUM », p. 13, dernier §.)

Dans ce “Discours” prononcé devant toute l’assemblée conciliante à l’adresse des humanistes athées ou panthéistes, “Discours
Citation :
qui culmine dans la proclamation, à la face du monde et à la face de Dieu, du CULTE DE LHOMME [Paul VI dit aussi] :
« L’Eglise du Concile, il est vrai… s’est beaucoup occupée de l’homme, de l’homme tel qu’en réalité il se présente à. notre époque, l’homme vivant, l’homme tout entier occupé de soi, l’homme qui se fait non seulement le centre de tout ce gui l’intéresse, mais qui ose se prétendre le principe et la raison dernière de toute réalité…
« L’humanisme laïque et profane enfin est apparu dans sa terrible stature et a, en un sens, défié le Concile. La religion du Dieu qui s’est fait homme s’est rencontrée avec la religion (car c’en est une) de l’homme qui se fait Dieu.
« Qu’est-il arrivé ? un choc, une lutte, un anathème ? Cela pouvait arriver ; mais cela n’a pas eu lieu. […] Une sympathie sans bornes l’a envahi tout entier [le conciliabule vaticandeux]. La découverte des besoins humains – et ils sont d’autant plus grands que le fils de la terre (sic) se fait plus grand – a absorbé l’attention de ce Synode.
« Reconnaissez-lui au moins ce mérite, vous, humanistes modernes, qui renoncez à la transcendance des choses suprêmes, et sachez reconnaître notre nouvel humanisme : nous aussi, nous plus que quiconque nous avons le culte de l’homme. »
(Discours, p. 247-248 ; cité par abbé Georges DE NANTES, op. cit., p. 19.)

Dans l’Angelus du 7 février 1971 où Paul VI entonne « cet HHYMNE A LA GLOIRE DE L'HOMME […] » à l’occasion d’un voyage (par des cosmonautes américains) de la terre à la lune, plagiat blasphématoire de l’hymne au Christ Roi des siècles
Citation :
« Honneur à l’Homme ;
« Honneur à la pensée ; honneur à la science ;
« Honneur à la technique ; honneur au travail ;
« Honneur à la hardiesse humaine ;
« Honneur à la synthèse de l’activité scientifique et du sens de l’organisation de l’homme qui, à la différence des autres animaux, sait donner à son esprit et à son habileté manuelle des instruments de conquêtes ;
« HONNEUR A L’HOMME ROI DE LA TERRE ET AUJOURD’HUI PRINCE DU CIEL.
« Honneur à l’être vivant que nous sommes, dans lequel se reflète l’image de Dieu et qui, en dominant les choses obéit à l’ordre biblique : croissez et dominez ».
(Documentation Catholique 71, 156 ; cité par abbé Georges DE NANTES, ibidem, p. 20.)

Déjà, le 13 juillet 1969, il avait dit : « L’homme est à la fois géant et divin, mais dans son principe et dans son destin. Honneur donc à l’homme, honneur à sa dignité, à son esprit, à sa vie. » (Cité par abbé Georges DE NANTES, ibid.)

« Sans doute est-il question de Dieu et même, en passant, du Christ Fils de Dieu fait homme, dans ce Discours formidable du 7 décembre 1965 [clôturant le conciliabule vaticandeux]. Mais il n’est pas question de la Croix du Christ, du don de l’Esprit-Saint, de la grâce baptismale, de tout le mystère de foi qui est le trésor de Vérité, de Vie, de Vertu de l’Unique Eglise Catholique.
« L’homme est le terme… “le premier terme dans la montée vers le terme suprême et transcendant, vers le principe et la cause de tout amour” (Discours, p. 253.). Le visage de l’homme [pour Paul VI] révèle le visage du Christ, [dit-il] en citant, bien à tort certes, Matthieu 25, 40… et donc, en celui-ci, le visage du Père céleste. Ainsi [voit-il] Dieu en l’homme. Et [il exulte] : “Notre humanisme devient christianisme et notre christianisme se fait théocentrique si bien que nous pouvons également affirmer : pour connaître Dieu il faut connaître l’homme” (ibid., p. 252.). » (Cité par abbé Georges DE NANTES, ib.)

Nous comprenons là d’où vient, pour les modernistes en général et pour Paul VI en particulier qui a promulgué « Dignitatis Humanæ personæ », cette fameuse « dignité de la Personne Humaine » : contrairement à ce qu’ils prétendent comme notamment le soi-disant “Archidiacre”, elle provient de l'immanence tant dénoncée par St Pie X dans l’Encyclique Pascendi, immanence qui conduit, nous le voyons, à un véritable « culte de l’Homme »…

Il est donc bien démontré que la “Déclaration” vaticandeuse « Dignitatis Humanæ personæ » sur la liberté religieuse, est réellement HÉRÉTIQUE et même blasphématoire !…


Conclusion
 :

Le but OBJECTIF des prétendus “papes” (materialiter) vaticandeux (il ne s’agit pas là de leur intention subjective personnelle dont l’appréciation n’appartient qu’à Dieu et à leur conscience respective), ce but OBJECTIVEMENT considéré EST LA DESTRUCTION, s’il était possible, de la Sainte Église Catholique comme cela est manifeste.
Et le but OBJECTIVEMENT considéré de ceux qui défendent inconditionnellement le conciliabule et les prétendus “papes” (materialiter) vaticandeux, surtout si ces défenseurs se présentent comme “conservateurs” et anti-progressistes, guidés par le Malin qu’ils sont, est, qu’ils en soient lucides ou inconscients, d’EMPÊCHER AU MAXIMUM les fidèles catholiques de voir la nocivité des textes dudit conciliabule vaticandeux

Voilà pourquoi les écrits et autres vidéos du soi-disant “Archidiacre” ou/et d’un Arnaud DUMOUCH sont extrêmement fallacieux et pernicieux !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
JP B
Baptisé
JP B

Nombre de messages : 5535
Age : 74
Localisation : En France
Date d'inscription : 04/11/2010

SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” Empty
MessageSujet: Re: SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE”   SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” EmptySam 16 Nov - 22:58

Dans la vidéo de ce soi-disant “Archidiacre” qui a fait jusqu’ici l’objet du présent fil (hormis de manière directe le dernier post ci-dessus qui ne le concerne qu’indirectement) nous pouvons encore, après ce que nous avons vu, remarquer ceci :

  • Nous comprenons, grâce à tout ce qui a été déjà dit,
    1. que la prétendue différence entre les locutions « dans de justes limites » de Dignitatis Humanæ personæ, § 2, et « dans la mesure où la tranquillité publique le demande » de l’Encyclique Quata cura, § 5, n’est qu’une VASTE FUMISTERIE qui sert de prétexte aux tordus pour leur permettre de tenter de faire avaliser le sophisme selon lequel la “Déclaration” vaticandeuse sur la liberté religieuse serait dans la continuité de l’enseignement du Magistère antérieur au conciliabule vaticandeux ;
    2. qu’en conséquence, toute la présentation que le fourbe soi-disant “Archidiacre” fait au début de sa fallacieuse vidéo est entièrement FAUSSE, notamment :
      1. dans le titre (“Liberté religieuse: Vatican II complète la tradition”) comme tout au long de cette prefide vidéo ;
      2. quand il dit, entre 0:30 et 0:40, que « […] la “Déclaration” du [prétendu] concile Vatican II [“Dignitatis Humanæ”] à propos de la liberté religieuse que l’“Église” [comprendrait] comme compatible avec la doctrine traditionnelle » et où, en réalité, il s’agit non de la Sainte Église Catholique mais de la contre-Église (instituée par les ennemis de l’Église Catholique et leur prince à leur tête) qui prétend la chose ;
      3. quand, de 0:54 à 1:07, il affirme que « l’herméneutique de la [prétendue] “continuité défendue ici est la plus morale, la plus raisonnable, […] » (et où il reconnaît que « les concepts peuvent parfois être équivoques » ! comme si ce qui émane de ce qui est censé être le Magistère pour enseigner les fidèles pouvait « parfois être équivoques »…) ; « herméneutique de la [prétendue] “continuité” » entre la nouvelle doctrine (hétérodoxe) et la doctrine catholique traditionnelle, dont il parle tout au long ;
      4. quand, entre 1:08 et 1:20, il prétend que « la volonté explicite de St Shocked Exclamation Paul VI [ou, plutôt, sa volonté simulée…] en publiant “Dignitatis Humanæ” était de développer la théologie catholique sur la liberté religieuse tout en restant en conformité avec la sainte tradition ou la doctrine de l’Église » Exclamation ;
        quand, de 1:20 à 1:27, il parle de ce que « Ce [prétendu] saint concile du Vatican scrute la sainte tradition et la doctrine de l’Église [oui, mais pour mieux les altérer !…] d’où il tire du neuf en [prétendu] constant accord ave le vieux » ;
        etc.….

  • Lorsqu’à 8:14, le sournois sophiste, soi-disant “Archidiacre”, prend pour exemple la question du péché originel en rappelant que celui-ci « a certes détruit la dignité surnaturelle de l’homme fondée sur la grâce », il ajoute à 8:18 ceci « mais il ne lui ôte pas toute sa dignité naturelle, raison pour laquelle il conserve par exemple son libre arbitre. »
    Il confond ainsi la liberté qu’a l’homme de juger ce qui est bien ou mal et de prendre les décisions qui s’imposent en conséquence de son jugement, ce qui est justement appelé « le libre arbitre », liberté (ou libre arbitre) voulue pour l’homme de la part de Dieu pour qu’il puisse être responsable de ses pensées et de ses actes et mériter ainsi d’être avec Lui, s’il Lui est fidèle, dans sa béatitude éternelle, d’une part, avec, d’autre part, la « dignité naturelle » que l’homme aurait en partie gardée selon cet insidieux casuiste qui oublie là (inconsciemment ou volontairement ?…) que, par la chute originelle, l’homme est non seulement devenu ennemi de Dieu en perdant Sa grâce (qu’il ne peut retrouver que par le Baptême) ce pourquoi même les saints de l’Ancien Testament ne pouvaient entrer au ciel avant le Sacrifice sur la Croix de Dieu le Fils Incarné, mais de plus, qu’il a perdu sa dignité d’homme en perdant les dons préternaturels que Dieu lui avait accordés avec Sa grâce.
    Sans doute que par la chute originelle l’homme n’a pas perdu « toute sa dignité naturelle », mais cela n’autorise certainement pas de parler de « Dignité de la Personne Humaine » quand cela est censé concerner l’homme qui a perdu la Vérité ou qui s’en détourne même inconsciemment, et invoquer une telle dignité est particulièrement fallacieux !

  • Par ailleurs, à 10:35 ce véritable imposteur qu’est le soi-disant “Archidiacre” prétend que, dans son Encyclique “Quanta cura”, « Pie IX ne condamne pas le fait de limiter la répression de l’erreur Exclamation mais de la limiter SEULEMENT selon la tranquillité publique » comme si cette clause restrictive n’était pas, dans l’esprit de ceux que Sa Sainteté Pie IX condamne, la seule condition où on pourrait « réprimer par des peines légales les violations de la religion catholique » ! (Exactement à 10:40.)
    Autrement dit “Archidiacre” faire dire au Pape PieIX autre chose que ce que celui-ci dit exactement…
    La citation précise est en effet celle-ci : « […] contre la doctrine de la sainte Écriture, de l’Église et des saints Pères, ils affirment sans hésitation que : “la meilleure condition de la société est celle où on ne reconnaît pas au pouvoir le devoir de réprimer par des peines légales les violations de la religion catholique, si ce n’est dans la mesure où la tranquillité publique le demande”. » (Cf. https://bibliothequedecombat.files.wordpress.com/2013/05/encyclique-quanta-cura-1864.pdf, § 5, 2ième phrase.) Ce qui signifie : « la meilleure condition de la société est [EN PRINCIPE] celle où on ne reconnaît pas au pouvoir le devoir de réprimer par des peines légales les violations de la religion catholique [voilà ce qui est condamné], si ce n’est dans la mesure où la tranquillité publique le demande [concession accordée, telle une exception à la règle, par ceux que le Pape Pie IX condamne et qui n’est pas ce qu’il condamne]. »

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
JP B
Baptisé
JP B

Nombre de messages : 5535
Age : 74
Localisation : En France
Date d'inscription : 04/11/2010

SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” Empty
MessageSujet: Re: SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE”   SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” EmptySam 23 Nov - 2:27

Dans le 3ième post plus haut (https://foicatholique.1fr1.net/t4883-sophismes-et-mensonges-du-soi-disant-archidiacre#34959) il a été fait allusion, dans le N° 1 du deuxième point, à la séparation de l’Église et de l’État qui fut décrétée dans plusieurs pays à la suite et en application du conciliabule vaticandeux.

Faisant pour autre chose des recherches sur notre forum, nous avons retrouvé un post de Tonino qui reproduisait l’Encyclique « Vehementer Nos » (cf. https://w2.vatican.va/content/pius-x/fr/encyclicals/documents/hf_p-x_enc_11021906_vehementer-nos.html) de St Pie X où la séparation de l’Église et de l’État était condamnée.

Voici des extraits éloquents pour notre propos, de cette Encyclique dans laquelle, sur les questions DOCTRIONALES, ce grand saint Pape a écrit:

Les attentats passés

[…] la violence des ennemis de la religion a fini par emporter de vive force ce à quoi pendant longtemps ils avaient prétendu à l'encontre de vos droits de nation catholique et de tout ce que pouvaient souhaiter les esprits qui pensent sagement. [1]

[…]

Fausseté du principe de la Séparation

Qu'il faille séparer l'Etat de l'Eglise, c'est une thèse absolument fausse, une très pernicieuse erreur. Basée, en effet, sur ce principe que l'Etat ne doit reconnaître aucun culte religieux, elle est tout d'abord très gravement injurieuse pour Dieu, car le créateur de l'homme est aussi le fondateur des sociétés humaines et il les conserve dans l'existence comme il nous soutient.

Nous lui devons donc, non seulement un culte privé, mais un culte public et social, pour l'honorer.

En outre, cette thèse est la négation très claire de l'ordre surnaturel ; elle limite, en effet, l'action de l'Etat à la seule poursuite de la prospérité publique durant cette vie, qui n'est que la raison prochaine des sociétés politiques, et elle ne s'occupe en aucune façon, comme lui étant étrangère, de leur raison dernière qui est la béatitude éternelle proposée à l'homme quand cette vie si courte aura pris fin.

Et pourtant, l'ordre présent des choses qui se déroulent dans le temps se trouvant subordonné à la conquête de ce bien suprême et absolu, non seulement le pouvoir civil ne doit pas faire obstacle à cette conquête, MAIS IL DOIT ENCORE NOUS Y AIDER. [2]

Cette thèse bouleverse également l'ordre très sagement établi par Dieu dans le monde, ordre qui exige une harmonieuse concorde entre les deux sociétés.

Ces deux sociétés, la société religieuse, et la société civile, ont, en effet, les mêmes sujets, quoique chacune d'elles exerce dans sa sphère propre son autorité sur eux. [3]

[…]

Or, qu'entre l'Etat et l'Eglise l'accord vienne à disparaître, et de ces matières communes pulluleront facilement les germes de différends qui deviendront très aigus des deux côtés.

La notion du vrai en sera troublée et les âmes remplies d'une grande anxiété. [4]

Enfin, cette thèse inflige de graves dommages à la société civile elle-même, car elle ne peut pas prospérer ni durer longtemps lorsqu'on n'y fait point sa place à la religion, règle suprême et souveraine maîtresse quand il s'agit des droits de l'homme et de ses devoirs. […]

Notes de JP B:
  1. § 4.

  2. Souligné en capitales pour signaler que ça s’oppose directement à « Dignitatis Humanæ Personæ », § 2 !…

  3. Toutes choses que l’on observe malheureusement de nos jours, surtout depuis que « Dignitatis Humanæ Personæ », § 2, a officiellement reconnu et même admis cette séparation…

  4. Même observation que dans la note [3] ci-dessus.

Saint Pie X, exposant aussi, dans cette Encyclique, les conséquences pratiques (qui concernent donc la “pastorale” si chère à nos vaticandeux) a écrit:

L’Eglise ne sera pas libre

[…] rien n'est plus contraire à la liberté de l'Eglise que cette loi. En effet, quand, par suite de l'existence des associations cultuelles, la loi de séparation empêche les pasteurs d'exercer la plénitude de leur autorité et de leur charge sur le peuple des fidèles ; quand elle attribue la juridiction suprême sur ces associations cultuelles au Conseil d'Etat et qu'elle les soumet à toute une série de prescriptions en dehors du droit commun qui rendent leur formation difficile, et plus difficile encore leur maintien, quand, après avoir proclamé la liberté du culte, elle en restreint l'exercice par de multiples exceptions, quand elle dépouille l'Église de la police intérieure des temples pour en investir l'Etat, quand elle entrave la prédication de la foi et de la morale catholiques et édicte contre les clercs un régime pénal sévère et d'exception, quand elle sanctionne ces dispositions et plusieurs autres dispositions semblables où l'arbitraire peut aisément s'exercer, QUE FAIT-ELLE DONC SINON PLACER L'EGLISE DANS UNE SUJÉTION HUMILIANTE et, sous le prétexte de protéger l'ordre public, ravir à des citoyens paisibles, qui forment encore l'immense majorité en France, le droit sacré de pratiquer leur propre religion ? Aussi. n'est-ce pas seulement EN RESTREIGNANT L'EXERCICE DE SON CULTE AUQUEL LA LOI DE SÉPARATION RÉDUIT FAUSSEMENT TOUTE L'ESSENCE DE LA RELIGION, QUE L'ETAT BLESSE L'EGLISE, C'EST ENCORE EN FAISANT OBSTACLE À SON INFLUENCE TOUJOURS SI BIENFAISANTE SUR LE PEUPLE ET EN PARALYSANT DE MILLE MANIÈRES DIFFÉRENTES SON ACTION. [*]

[…]

Principe de discorde

Enfin et comment, pourrions-nous bien nous taire sur ce point ? En dehors des intérêts de l'Eglise qu'elle blesse, la nouvelle loi sera aussi des plus funestes à votre pays ! Pas de doute, en effet, qu'elle ne ruine lamentablement l'union et la concorde des âmes. Et cependant, sans cette union et sans cette concorde, aucune nation ne peut vivre ou prospérer. […]

[*] Souligné en capitales par votre serviteur pour signaler que c’est bien à cela que mène indubitablement « Dignitatis Humanæ Personæ », § 2…


Par ailleurs, à propos de la fameuse « herméneutique de la continuité » si chère à Joseph RATZINGER et à son inconditionnel disciple, le soi-disant “Archidiacre”, nous pouvons voir avec profit ce que Mgr Bernard TISSIER DE MALLERAIS, avec qui cependant nous ne partageons pas sa position que nous lui reprochons d’être incohérente quant à la reconnaissance qu’il fait de la Rome moderniste actuelle, a pourtant judicieusement écrit sur « La liberté religieuse… » : https://laportelatine.org/publications/lectures/2013/Sel_de_la_terre_84_1304/liberte_religieuse_mgr_tissier.pdf?fbclid=IwAR2uy0hFEQncYqSJaSieeDRGynKQ7aAEhF3dvGiS8l9PemNJaqNp9E0nWEY !



De plus, on nous rapporte que le soi-disant “Archidiacre”, voulant réfuter le présent fil, a écrit:

+ « Pie IX condamne l’idée qu’on puisse ne pas reconnaître le droit de réprimer peu importe la circonstances » :
Ceux qui disent ça coupent l’erreur condamnée par Pie IX en deux, qui est « on ne reconnaît pas au pouvoir le devoir de réprimer par des peines légales les violations de la religion catholique, si ce n’est dans la mesure où la tranquillité publique le demande » et s’arrêtent à la virgule, comme si c’était honnête de ne pas tenir compte de la phrase dans sa cohérence globale. Pie IX rejette cette idée car la limite est seulement conditionnée par la tranquillité publique, ce qui n’est pas le cas des limites de DH (déjà expliqué à 10:35). Le fait est que si Pie IX condamnait toute forme de limite à la répression, il ferait de Pie XII un hérétique car il enseignait que Dieu ne reconnaissait pas au pouvoir le droit de réprimer selon les conditions : « Peut-il se faire que, dans des circonstances déterminées, Il ne donne aux hommes aucun commandement, n’impose aucun devoir, ne donne même aucun droit d’empêcher et de réprimer ce qui est faux et erroné ? Un regard sur la réalité autorise une réponse affirmative. http://www.clerus.org/bibliaclerusonline/pt/ctc.htm

+ « La lettre de Pie XII n’enseigne pas de doctrine autoritaire et ne parle que de tolérance » :
Certains schismatiques veulent faire croire qu’il ne faisait que « se demander » des choses à propos de situations hypothétiques, alors qu’il pose des questions rhétoriques auxquelles il répond directement au nom de la doctrine. Ajoutons que ses propos ne se réduisent pas à la tolérance (de ce qu’on a le droit de réprimer) : Pie XII parle aussi de circonstances où on n’a pas le droit de réprimer (circonstances que DH rapporte à la protection du bien commun). Cela veut dire que cette répression refusée par Dieu est une injustice : il peut être injuste de réprimer les non catholiques et donc, le droit à la dignité humaine apporte une raison de cette injustice, d’où la complétion. Aussi, quand Pie XII dit que l’erreur « n’a objectivement aucun droit à l’existence, ni à la propagande », DH et l’Eglise sont entièrement conformes à ce fait, ne donnant aucun droit à l’erreur, ce qui a déjà été prouvé dans la partie I. [[url=youtube=https://www.youtube.com/watch?v=sV95YGM4ljA&w=640&h=360]youtube=https://www.youtube.com/watch?v=sV95YGM4ljA&w=640&h=360[/url]]
Merci.

+ Jean-Paul Bontemps à réfuté cette vidéo !
Il suffirait de la regarder pour comprendre que sa réponse est un « pétard mouillé », inutilement longue pour donner l’impression qu’il y a eu réfutation. Dès le début il accuse d’avoir ignoré un passage de Quanta Cura, mais il est cité et traité en partie II. JP détourne l’objet de la comparaison avec le droit de la famille de Pie XI : ce droit, impliquant la non-répression de l’erreur (dans l’éducation familiale), est une preuve qu’il peut y avoir un droit à la non-répression distinct du droit à l’erreur. Mais JP rejette sans argumenter cette distinction prouvée en partie I. Il accuse aussi de dire que DH s’oppose seulement à la conversion forcée : c’est un homme de paille, « contraintes » est aussi utilisé ici pour parler d’autres formes de pression. Il détourne DH en parlant de « liberté inconditionnelle », alors que les limites que DH établit ont été démontrées ; il admet ailleurs que ces limites existent mais se contente de dire que ce sont des « prétextes » pour maintenir la continuité. Il se contredit en admettant que la dignité humaine ne se perd pas avec le péché originel tout en niant sans raison doctrinale la dignité humaine des non-catholiques. Il emploie des raccourcis fallacieux en interprétant un discours ultérieur à l’ONU comme si cela permettait de définir le sens de DH. Ses tentatives de minimiser la lettre de Pie XII, tordre la condamnation de Pie IX, dire que tous les enseignements du magistère ordinaire sont infaillibles, ou d’interpréter des concordats comme s’ils définissaient la doctrine de DH et l’idéal catholique sont toutes réfutées dans les réponses plus haut. Sa croyance en l’impossibilité d’une équivoque dans une doctrine a été réfutée dans la vidéo d’introduction. Accessoirement, il dit que l’expression « l’Eglise de Vatican II » (23:36; càd l’Eglise depuis qu’elle a établi Vatican II) sous-entend une nouvelle Eglise : calomnie ridicule. On passera sur la fin qui n’est qu’une accumulation d’interprétations téméraires sur des hors sujet.
En bref
 : JP a passé plus de 10 ans a spammer des copiers collers sur internet. Pour cette raison, écrire un pavé d’insultes sans substance histoire de persuader les plus orgueilleux d’avoir « réfuté » la vidéo est tout ce qu’il a pu faire.

  1. Ce sophiste menteur argue que « Pie IX rejette [l’idée selon laquelle il ne faut pas tenir compte de la condition “si ce n’est dans la mesure où la tranquillité publique le demande” pour tenir pour condamnée la proposition “on ne reconnaît pas au pouvoir le devoir de réprimer par des peines légales les violations de la religion catholique, si ce n’est dans la mesure où la tranquillité publique le demande”] car la limite est seulement conditionnée par la tranquillité publique, […] » !
    Cela a déjà été réfuté dans le dans le dernier point du post précédent (https://foicatholique.1fr1.net/t4883-sophismes-et-mensonges-du-soi-disant-archidiacre#34961) ci-dessus.

  2. Ce soi-disant “Archidiacre”, décidément de fort mauvaise foi, ergote « que si Pie IX condamnait toute forme de limite à la répression, il ferait de Pie XII un hérétique car il enseignait que Dieu ne reconnaissait pas au pouvoir le droit de réprimer selon les conditions » et avance comme prétendue raison que, dans son discours à des juristes catholiques italiens, le Pape Pie XII a dit « Peut-il se faire que, dans des circonstances déterminées, [Dieu] ne donne aux hommes aucun commandement, n'impose aucun devoir, ne donne même aucun droit d'empêcher et de réprimer ce qui est faux et erroné ? Un regard sur la réalité autorise une réponse affirmative. »
    Mais ce fallacieux soi-disant “Archidiacre” omet les précisions que l’on trouvera soulignées d’un trait dans ces phrases qui suivent immédiatement sa citation et qu’il omet de rapporter : « Elle montre que l'erreur et le péché se rencontrent dans le monde dans une large mesure. Dieu les réprouve ; cependant il leur permet d'exister. Donc l'affirmation : l'erreur religieuse et morale doit toujours être empêchée quand c'est possible, parce que sa tolérance est en elle-même immorale — ne peut valoir dans un sens absolu et inconditionné. D'autre part, même à l'autorité humaine Dieu n'a pas donné un tel précepte absolu et universel, ni dans le domaine de la foi ni dans celui de la morale. »
    Il s’ensuit, conséquemment à ces précisions ainsi énoncées, que la pensée de Sa Sainteté Pie XII ainsi exprimée, ne va aucunement contre la condamnation que fait le Pape Pie IX du principe selon lequel « la meilleure condition de la société est celle où on ne reconnaît pas au pouvoir le devoir de réprimer par des peines légales les violations de la religion catholique […] », la condition « si ce n’est dans la mesure où la tranquillité publique le demande » n’étant bien qu’une concession accordée, TELLE UNE EXCEPTION A LA RÈGLE, à ceux que le Pape Pie IX condamne.
    De plus, comme cela a déjà été dit, une simple lettre adressée à une partie restreinte des Catholiques, n’a certes pas la valeur d’une Encyclique adressée à l’Église universelle

  3. Tout cela n’est qu’une VASTE FUMISTERIE qui sert de prétexte aux tordus pour leur permettre de tenter de faire avaliser le sophisme selon lequel la “Déclaration” vaticandeuse sur la liberté religieuse serait dans la continuité de l’enseignement du Magistère antérieur au conciliabule vaticandeux.

  4. Pour ce qu’il dit de la critique qui a été faite par votre serviteur dans le présent fil, il lui eut été préférable de réfuter point par point et en détail ce qui a été écrit dans notre fil !
    Mais non, il est resté au niveau des généralités…
    Ce faisant, il ne répond en réalité à rien et finit même par en arriver, tant il a de difficultés à dire autre chose et qui soit quelque peu sensé, aux attaques[i] ad hominem[i] !
    Passons ! Pour le reste, il suffit de se reporter à ce qui a déjà été dit…

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
admin
Admin
admin

Nombre de messages : 19722
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” Empty
MessageSujet: Re: SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE”   SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” EmptyMer 27 Nov - 12:50

En complément:

Citation :
Engrenage piégé de la notion de “liberté religieuse” individuelle

https://larchange.org/viewtopic.php?f=6&t=637&sid=83e957e1db1bbf3772b99d2b4646d398#p6036

Notion philosophiquement dévoyée définissant la "liberté" comme "une absence de contrainte"

https://larchange.org/viewtopic.php?f=6&t=993&sid=08708591673054c207fedf8333e9ddea#p10132

Citation :

La Liberté religieuse : une position claire de Mgr De Castro Mayer


http://disputationes.over-blog.com/article-la-liberte-religieuse-une-position-claire-de-mgr-de-castro-mayer-78200164.html








_________________
https://mostholytrinityseminary.org/contact/

http://www.traditionalmass.org/contact/

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."
" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.


Dernière édition par admin le Lun 8 Juin - 20:39, édité 2 fois

JP B et Miles Christi 158 aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin
admin

Nombre de messages : 19722
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” Empty
MessageSujet: Re: SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE”   SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” EmptyDim 1 Mar - 14:31


Citation :
Adrien Abauzit : Réponse à Archidiacre sur Querida Amazonia

https://foicatholique.1fr1.net/t4891-adrien-abauzit-reponse-a-archidiacre-sur-querida-amazonia#35091

Archidiacre ou Architruqueur ? Examen d'une dérobade.

https://foicatholique.1fr1.net/t4893-archidiacre-ou-architruqueur-examen-d-une-derobade

_________________
https://mostholytrinityseminary.org/contact/

http://www.traditionalmass.org/contact/

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."
" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.


Dernière édition par admin le Sam 6 Juin - 16:45, édité 3 fois

JP B et Miles Christi 158 aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin
admin

Nombre de messages : 19722
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” Empty
MessageSujet: Re: SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE”   SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” EmptyLun 18 Mai - 16:36

Citation :
Dans les lettres de saint Pie V, on trouve ces propos tirés d’une lettre du Pape à la Reine de France, Catherine de Médicis : « Gardez-vous de croire, très-chère fille en Jésus-Christ, que l’on puisse faire quelque chose de plus agréable à Dieu que de persécuter ouvertement ses ennemis, par un zèle pieux pour la religion catholique ».

La liberté religieuse, au sens précis d’un droit de non-agression civile en matière religieuse, est un faux droit, qui fut proclamé dans l’ambiance irénique et antipolitique régnant au sein de l’assemblée artificielle connue sous le nom de « Concile Vatican II » (voir sur ce point les critiques du prêtre canoniste Hans Barion qui dénonçait ouvertement dès 1964 ce climat empoisonné). Elle entre en contradiction avec la doctrine pérenne de l’Église, qui admettait le cas de la tolérance civile, comme un moindre mal parfois nécessaire, mais nullement inscrit dans la nature humaine.


Ratzinger en a fait l’aveu dans sa réponse aux Dubia de Mgr Lefebvre (nous soulignons) : « Bien que cette doctrine de la tolérance ne soit pas équivalente à la doctrine sur la liberté religieuse, il n’y a pas de raison d’affirmer qu’elles soient inconciliables. Il n’y a pas entre celles-ci une équivalence, car le principe de tolérance implique que l’État a le droit et le devoir de réprimer le mal en lequel consiste la diffusion de l’erreur religieuse, mais qu’il peut et parfois doit renoncer à exercer ce droit pour obtenir un bien supérieur et plus vaste. Or ce droit ne lui est pas reconnu par la Déclaration conciliaire. Cependant il n’y a pas incompatibilité entre ces affirmations, car selon Pie XII la tolérance est justifiée par l’intérêt d’un bien supérieur. Or l’idée du Concile est que la dignité de toute personne humaine et la paix sociale soient toujours des biens qui exigent que l’État ne réprime pas l’erreur religieuse quand celle-ci ne s’oppose pas au bon ordre social (qui inclut la moralité publique). Il y a donc une nouveauté dans la conception de la compétence de l’État à l’égard de la vie religieuse des citoyens et un développement doctrinal concernant le fondement de l’absence de contrainte légale en matière religieuse. »


Admettre la liberté religieuse revient à affirmer que l’Église a bafoué un droit naturel jusqu’à Vatican II, qu’Elle a méprisé l’homme durant presque toute Son histoire et qu’Elle n’est donc point divine, car S’opposant à la Création, Dieu S’opposerait à Lui-même.


Sur ce sujet, nous vous renvoyons au Discours sur la tolérance de Mgr Raymond, à l’Essai théologique sur le catholicisme libéral de Mgr Pelletier ainsi qu’au chapitre 9 du schéma préconciliaire De Ecclesia, qui fut rejeté par l’assemblée. Pour en arriver là, l’Église a dû subir une manœuvre de subversion comme elle n’en a jamais connue dans son histoire. Nous renvoyons ici au livre Mystère d’iniquité et à Ils l’ont découronné de Mgr Lefebvre.


https://fidecatholica.wordpress.com/2020/05/18/milice-notre-manifeste-politique/

_________________
https://mostholytrinityseminary.org/contact/

http://www.traditionalmass.org/contact/

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."
" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.

JP B et Miles Christi 158 aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
JP B
Baptisé
JP B

Nombre de messages : 5535
Age : 74
Localisation : En France
Date d'inscription : 04/11/2010

SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” Empty
MessageSujet: Re: SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE”   SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” EmptyLun 18 Mai - 18:14

  1. Nous aimerions bien savoir où et quand Pie XII aurait dit que « la tolérance est justifiée par l’intérêt d’un bien supérieur » alors que, comme le rappelle judicieusement l’auteur cité par notre Admin., selon « la doctrine pérenne de l’Église », elle n’est permise que « comme un moindre mal […] ».
    Il y a en effet une différence ontologique majeure et essentielle entre « un bien supérieur » et « un moindre mal » ! Suspect

  2. Nous pouvons voir à quel point l’argumentation de Ratzinger est sophistique car
    1. il présente comme un bien ce que notre Mère la Sainte Église, dans les Encycliques notamment de Grégoire XVI, de Pie IX, de Léon XIII ou de Pie XI, a toujours présenté comme un MAL comme nous le voyons au début de la citation faite par notre Admin. où il est fait référence à la lettre de St Pie V à Catherine de Médicis, reine de France ;
    2. il présente comme « un bien supérieur » à la Vérité de la doctrine catholique, à l’honneur de notre sainte Religion voire à la plus grande gloire de Dieu bafouée par les autres religions, « la dignité de toute personne humaine » alors que toute personne humaine, dans la mesure où elle est pécheresse (et toute personne humaine est pécheresse, ne serait-ce que par le péché originel, hormis la Très Sainte Vierge Marie et son divin Fils) n’ a pas, précisément, de “dignité” !

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
admin
Admin
admin

Nombre de messages : 19722
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” Empty
MessageSujet: Re: SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE”   SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” EmptySam 6 Juin - 16:44


_________________
https://mostholytrinityseminary.org/contact/

http://www.traditionalmass.org/contact/

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."
" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.

JP B et Miles Christi 158 aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
admin
Admin
admin

Nombre de messages : 19722
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” Empty
MessageSujet: Re: SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE”   SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” EmptyLun 8 Juin - 18:15

Mgr Lefebvre, dans sa "réponse à la réponse de la congrégation pour la doctrine de la foi" concernant la liberté religieuse de Vatican II, qui est une nouveauté (1) comme ils l'avouent eux-mêmes (2), a écrit:

Citation :
Jésus-Christ, Roi des nations, n'a plus, dans l'ordre juridique des sociétés, le droit de chasser les fausses divinités et les faux cultes ! C'est précisément en cela que réside la destruction pratique de son règne social réalisée par la liberté religieuse de Vatican II. Les fruits de cette destruction, sont, entre autres, l'apostasie de soixante millions de catholiques d'Amérique latine passés de l'Eglise à des sectes, de 1965 à 1986.

Après lecture du texte de ce "théologien" conciliaire qui fut chargé de répondre aux dubia de Mgr Lefebvre, je me demande surtout s'il existe encore, en vérité (en acte, pas seulement en paroles), des fausses divinités et des faux cultes et même une vraie religion pour la secte conciliaire.


Un exemple éloquent de sophisme utilisé par le "théologien" conciliaire pour tromper ses adversaires. Je cite:

SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” Dh110
Mais comment peut-il affirmer cela alors qu'il a lui-même admis précédemment que l'état était incompétent en la matière ? citation:
SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” Dh212
Cette nouveauté (ou stupidité hérétique qui est en contradiction formelle avec l'enseignement catholique et la pratique universelle de l'Eglise) est à la racine même de l'apostasie contemporaine. L'état "neutre" mais tout de même juge des religions au nom du "bon ordre social" droits de l'hommiste dont la secte conciliaire se fait la Prostituée.


(1) Pie IX, Constitution Pastor Aeternus, Vat. I, Sess. IV Ch. IV, Dz. 1836 :
Citation :
L’Esprit-Saint, en effet, n’a pas été promis aux successeurs de Pierre pour dévoiler, par son inspiration, une nouvelle doctrine, mais pour qu’avec son assistance ils gardent saintement et exposent fidèlement la Révélation transmise par les Apôtres, c’est-à-­dire le Dépôt de la Foi.»

(2) DÉCLARATION SUR LA LIBERTÉ RELIGIEUSE DIGNITATIS HUMANAE, PRÉAMBULE :
Citation :
ce saint Concile du Vatican scrute la sainte tradition et la doctrine de l’Église d’où il tire du neuf en constant accord avec le vieux.
 
Aveu de "théologien" conciliaire dans sa réponse à Mgr Lefebvre:

SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” Libert10
SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” Libert11

_________________
https://mostholytrinityseminary.org/contact/

http://www.traditionalmass.org/contact/

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."
" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.


Dernière édition par admin le Dim 14 Juin - 0:13, édité 5 fois

JP B et Miles Christi 158 aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
JP B
Baptisé
JP B

Nombre de messages : 5535
Age : 74
Localisation : En France
Date d'inscription : 04/11/2010

SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” Empty
MessageSujet: Re: SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE”   SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” EmptyMar 9 Juin - 12:07

Le “développement dans la continuité”, invoqué fallacieusement par le Rat-zinger, existait dans l’Église, pendant 19 siècles: de St Pierre à Pie XII.
Avec le conciliabule vaticandeux, il est supprimé puisque, de l’aveu même de ses promoteurs, il a été « 1789 dans l’Église » et qu’ils ont reconnu eux-mêmes qu’il y avait bien RUPTURE avec l’“ancien Magistère” !…

_________________

Jean-Paul BONTEMPS
 
Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de Notre-Dame, par le triomphe de notre Mère la Sainte Église Catholique, Une et Apostolique, laquelle est traditionnelle (telle qu'avant le conciliabule vaticandeux) et non moderniste.
 
« Il n’y a pas de liberté, sinon dans la vérité; la “liberté” de l’erreur est le délire de la liberté de la perdition. » (Sodalitium, calendrier 2013, p. 5.)

« car la liberté nous est donnée pour choisir tel bien plutôt que tel autre, et non pas entre le bien et le mal qui marque plutôt un infirmité de notre liberté. » (CATÉCHISME MARIAL - Par Henri-Marie Guindon, S.M.M. - 1947 - p.14. Source.)
Revenir en haut Aller en bas
admin
Admin
admin

Nombre de messages : 19722
Localisation : La Nouvelle Jérusalem.
Date d'inscription : 07/02/2006

SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” Empty
MessageSujet: Re: SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE”   SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” EmptyDim 14 Juin - 0:11




Je pense que la secte conciliaire a avalisé le fait que les catholiques devaient revenir aux temps des catacombes.

Je complète au fur et à mesure.

+

_________________
https://mostholytrinityseminary.org/contact/

http://www.traditionalmass.org/contact/

" Nihil Deo et angelis gratius animae conversione."
" Rien n'est plus agréable à Dieu et aux Anges que la conversion d'une âme."

Saint Ambroise, évêque de Milan.

JP B et Miles Christi 158 aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
http://islamajesus.forumactif.com/forum.htm
Contenu sponsorisé




SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” Empty
MessageSujet: Re: SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE”   SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE” Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
SOPHISMES ET MENSONGES DU SOI-DISANT “ARCHIDIACRE”
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tradition Catholique (Sede Vacante) :: La Sainte Liturgie :: Le coin de JP B-
Sauter vers: